sabato 27 agosto 2016

L'âge d'or by Luis Buñuel Francia 1930

L'âge d'or

L'âge d'or è un film del 1930 diretto da Luis Buñuel, il secondo spiccatamente surrealista (e non a caso firmato con Salvador Dalí) dopo Un chien andalou (1929). È stato proiettato anche in occasione dell'Esposizione internazionale surrealista di Tenerife del 1935.

Trama

In una serie di scenette tematiche collegate tra loro, vediamo i tentativi di una coppia di "consumare" la propria relazione romantica continuamente frustrati dai valori borghesi e dai tabù sessuali imposti da istituzioni autoritarie quali famiglia, chiesa, e società.

Analisi del film

Rispetto all'opera precedente, qui è possibile seguire il filo rosso di una storia (l'amore di due giovani ostacolato da varie Istituzioni) che arricchisce i piani di lettura: sotto un profilo estetico si presenta come un fiorire continuo di invenzioni stilistiche, assurde, a volte disturbanti; una lettura più testuale suggerisce invece i temi futuri che saranno cari a Buñuel, come l'attacco sornione e acido alle istituzioni borghesi (Chiesa, Esercito, Stato), quali negazioni violente dell'individuo e della sua natura (qui il debito alla Psicoanalisi è notevole).
La chiave comunicativa surrealista è qui utilizzata per rendere più incisivi i vari sottotesti, sganciandosi quindi in parte dalla tradizione surrealista pittorica del periodo (il Secondo Manifesto del Surrealismo è dello stesso anno del film, e fu firmato da Dalí e Buñuel).
A parte invenzioni surrealiste di natura più "pittorica", che sembrano giovarsi dell'allora giovane forma d'arte cinematografica e altre di natura morbosa e voyeuristica tipiche di Dalí (come nella scena in cui gli amanti si infilano le dita in bocca l'uno all'altra, per poi ritrovarsele mutilate), sono presenti riletture grottesche e dissacranti della realtà, come i Papi ridotti a scheletri vestiti ancora degli abiti sacri. Questi ed altri elementi punzecchiarono fin troppo le autorità, che reagirono infastidite: il produttore rischiò la scomunica, mentre in Francia il film fu vietato fino al 1950 dopo poco tempo dall'uscita.
Quando cela degli attacchi al Potere il Surrealismo è tutt'altro che incomprensibile.



L'Age d'Or (French: L'Âge d'Or, pronounced: [lɑʒ dɔʁ]), commonly translated as The Golden Age or Age of Gold, is a 1930 French surrealist comedy directed by Luis Buñuel about the insanities of modern life, the hypocrisy of the sexual mores of bourgeois society and the value system of the Roman Catholic Church. The screenplay is by Salvador Dalí and Buñuel. L'Age d'Or was one of the first sound films made in France, along with Prix de Beauté and Under the Roofs of Paris.

Plot

In a series of thematically-linked vignettes, a couple's attempts at fulfilling and consummating their romantic relationship are continually thwarted by the bourgeois values and sexual mores of family, church, and society. In the course of seeking sexual release and satisfaction, involving the man imagining an advertisement has come to life of a woman's hand rubbing herself, then later she tells her mother she hurt her finger, then a waiter at a party rubs a wine bottle in a similar fashion and the woman sublimates her sexual passion by fellating the toe of a religious statue before finally French kissing the conductor of the party's hired orchestra. The man's penchant for committing social taboos, like making love in the mud during a religious ceremony and slapping her mother, seems to excite the woman. He stumbles away from the father and daughter kiss to her bedroom where he throws a burning tree, a bishop, a plow, the bishop's staff, a giraffe statue and handfuls of pillow feathers out the window.
The final vignette is an allusion to the Marquis de Sade's novel 120 Days of Sodom; the intertitle reads: 120 Days of Depraved Acts, about an orgy in a castle, wherein the surviving orgiasts are ready to emerge to the light of mainstream society. From the castle door emerges the bearded and berobed Duc de Blangis (a character from de Sade's novel) who greatly resembles Jesus, the Christ, who comforts a young woman who has run out from the castle, before he takes her back inside. Afterwards, a woman's scream is heard, and only the Duc re-emerges; and he is beardless. The concluding image is a crucifix festooned with the scalps of women; to the accompaniment of jovial music, the scalps sway in the wind


L'âge d'or est un film français « anticlérical et antibourgeois » réalisé par Luis Buñuel, avec lequel Salvador Dalí collabora pour l'écriture du scénario, sorti le après une avant-première le 22 octobre.

Synopsis

Histoire de la communion totale mais éphémère de deux amants que séparent les conventions familiales et sociales et les interdits sexuels et religieux, le film est une succession d'épisodes allégoriques teintés d'humour noir, commençant par un documentaire sur les scorpions et s'achevant sur une transposition des Cent Vingt Journées de Sodome de Sade.
Le scénario est le prétexte à des scènes blasphématoires dénonçant l'ordre bourgeois qui a provoqué la guerre : un aveugle maltraité, un chien écrasé, une vieille dame giflée au lieu d'être servie, un enfant tué par son père à coup de fusil dans l'indifférence générale, un évêque défenestré, un encensoir déposé sur le trottoir et frôlé par des chevilles féminines qui « font le trottoir », un violon dont on joue à coup de pieds, le Christ sortant vêtu d'une robe immaculée d'une orgie.
L'image sert, à la manière de l'écriture automatique, à des associations de mots à prendre au pied de la lettre comme « encensoir » « caniveau ». S'il propose diverses recherches formelles comme le collage, le film n'a pas la même ambition plastique qu'Un chien andalou.

Réception

« (...) film injurieux pour la patrie, la famille et la religion. »
— Le secrétaire adjoint au Conseil de Vigilance de Son Éminence le Cardinal Jean Verdier, archevêque de Paris, à la sortie du film.
L'Âge d'or est censuré dès sa sortie pour la violence du propos antipatriotique, antihumaniste et, surtout, antichrétien. Son ton pessimiste et lyrique en fait « peut-être l'unique film intentionnellement surréaliste ».
Il est classé en 1949 par la Cinémathèque française parmi les cent chefs-d'œuvre du cinématographe.
Chaque année depuis 1955, la Cinémathèque royale de Belgique et le Musée du cinéma de Bruxelles décernent le prix de l’Âge d’or à l’auteur d’un film qui « par l’originalité, la singularité de son propos et de son écriture, s’écarte délibérément des conformismes cinématographiques. »
« Luis Buñuel a jeté avec L'Âge d'or le seul vrai cri, le plus inimitable hurlement en faveur de la liberté humaine de toute l'histoire du cinéma. Ce film brille d'un éclat incomparable au ciel du septième art : c'est l'étoile sur laquelle tous les cinéastes, épris d'indépendance à l'égard des idées reçues ou à l'égard des bons sentiments routiniers peuvent et pourront toujours orienter leur difficile navigation. »
— Freddy Buache.

Histoire d'un scandale

Le film est une commande de Charles de Noailles, dont la femme Marie-Laure de Noailles, d'ascendance juive, est une des plus importantes fortunes de France. Soutenue par celle-ci qui se veut une amie des surréalistes, il y consacre plus d'un million de francs. La première a lieu à la mi juillet 1930 dans leur hôtel particulier 11 place des États-Unis devant une trentaine d'invités choisis, intellectuels et amis qui, déroutés, font un accueil poli. La diffusion du film provocateur est en soi un acte artistique qui suscite une curiosité mondaine et que le producteur veut rendre public. La censure est achetée et la première séance publique a lieu le 22 octobre à onze heures trente au Panthéon Rive Gauche. Au buffet qui suit chez les Noailles, André Thirion, passablement agacé par ces aristocrates qui se piquent de révolution, fracasse dans un flot d'injures les verres contre les miroirs du salon sous le regard flegmatique que porte le fils de feu le prince de Poix sur la performance.
Le film est projeté de nouveau le 28 novembre 1930 au Studio 28. Le 3 décembre, une cinquantaine de militants d'extrême droite de la Ligue antisémitique et de la Ligue des patriotes investissent le cinéma aux cris de « Mort aux juifs! » et de « On va voir s'il y a encore des chrétiens en France! », jettent de l'encre violette sur l'écran, lancent des fumigènes et des boules puantes, chassent les spectateurs à coups de canne. Les tableaux de Salvador Dalí, Max Ernst, Miró et Yves Tanguy, les photographies de Man Ray accrochés dans le hall sont lacérés à coups de couteau..
Le 10 décembre 1930, la Commission de censure interdit la diffusion du film. Le 11, le préfet Jean Chiappe prend un arrêté interdisant la projection à Paris. Le 12, le film est saisi. Il ne s'agit que de la copie de projection amputée des coupes imposées. Le négatif original a été caché et conservé par le vicomte de Noailles. Le 26 décembre une nouvelle réunion de la Commission de censure met hors de cause le producteur et recommande de n'incriminer que le propriétaire de la salle, Jean Mauclaire, qui ne sera pas inquiété. Le 2 janvier, les surréalistes diffusent un tract de quatre pages dénonçant la « police d'Hitler ». Une campagne « anti boches », « anti juifs » et « anti protestants » est ourdie contre le vicomte, sans effets sur sa personne. Des centaines d'articles passionnés, favorables ou haineux, paraissent dans la presse de Valparaíso à Moscou en passant par New York.
En 1937, une copie tronquée circule sous le titre Dans les eaux glacées du calcul égoïste. Le film figure en 1949 dans une sélection présentée au public par la Cinémathèque française des Cent chefs-d'œuvre du cinéma. Gaumont n'obtient la levée de l'interdiction de projeter qu'en 1981 à, l'occasion de l'élection de François Mitterrand.



L'Age D'Or 1930 720p YouTube - YouTube

 

 
 
https://www.youtube.com/watch?v=RDbav8hcl5U
02 gen 2014 - Caricato da Eric Trommater
Luis Bunuel and Salvador Dali combined forces on this Surrealist masterpiece in 1930.



 








 Directed by


Luis Buñuel
Produced by Vicomte Charles de Noailles
Marie-Laure de Noailles
Written by Luis Buñuel
Salvador Dalí
Starring Gaston Modot
Lya Lys
Caridad de Laberdesque
Lionel Salem
Max Ernst
Germaine Noizet
Josep Llorens Artigas
Duchange
Ibanez
Music by Luis Buñuel
Georges van Parys
Cinematography Albert Duverger
Edited by Luis Buñuel
Distributed by Corinth Films (1979 U.S. release)
Release dates
29 November 1930
Running time
63 minutes
Language French
Budget 1 million francs
































Nessun commento:

Posta un commento